Glossaire

Activation sociale : Accroissement de l’activation physiologique causée par des stimuli sociaux, y compris le stress associé à l’interaction sociale et la détection de menaces (ou de sécurité) lorsque les mécanismes neuroceptifs du cerveau sont hypervigilants.

Adrénaline : Également connue sous le nom d’épinéphrine, l’adrénaline est une hormone sécrétée par la médullosurrénale dans le cadre de la réaction de lutte ou fuite face au stress.

Alarme sous tension : Alarme de stress qui se déclenche trop facilement à cause d’un système de stress surréactif ; associée à un stress chronique élevé et à une surcharge allostatique.

Altricialité secondaire : Longue période de dépendance durant la petite enfance, propre à l’être humain, rendue nécessaire par l’immaturité du cerveau humain à la naissance. Tous les bébés humains naissent “prématurés” et un volume considérable de croissance cérébrale se produit après la naissance. Ce terme est dérivé de l’anglais “altricial”, mot qui vient lui-même du latin “altrix” («celle qui nourrit», «nourrice»).

Amygdale : Partie du système limbique qui évalue très rapidement (mais pas toujours de manière précise) si un stimulus, une situation ou une personne constitue une menace, et qui déclenche une réaction de stress lorsqu’elle détecte une menace.

Attracteur : Modèle très stable qui se développe en systèmes complexes dans lesquels les parties du système sont reliées dans un réseau de co-actions se renforçant mutuellement. Les attracteurs limitent souvent les possibilités futures de changement ou de croissance.

Autorégulation : Au sens psychophysiologique premier, ce terme désigne tout simplement la façon dont nous gérons le stress, qui est qualifiée de “mésadaptée” si elle limite les possibilités de croissance (par exemple, l’aversion pour le contact visuel). L’autorégulation consciente fait référence à la façon dont les gens distribuent leur dépense énergétique, la récupération et le rétablissement dans le but de favoriser la croissance. Pour nous autoréguler de manière consciente, nous devons apprendre à reconnaître et à répondre au stress sous toutes ses facettes – positives et négatives, cachées et manifestes, mineures et traumatiques.

Axe HHS : Circuit de stress métabolique par le biais duquel l’hypothalamus, l’hypophyse et les glandes surrénales communiquent et interagissent de sorte que, lors d’une réaction de lutte ou de fuite, le cortisol est libéré pour aider le corps à maintenir un approvisionnement adéquat en sucre dans le sang et augmenter la quantité de sang oxygéné circulant vers les muscles en réponse au stress.

Calme : Selon Self-Reg, le calme est un état physiologique et émotionnel de faible tension qui, associé à l’éveil, constitue l’état idéal pour l’apprentissage, l’engagement social et la pensée.

  • Savoir ce que l’on ressent quand on est calme : Aptitude à percevoir quand on est dans un état de forte tension et ce que l’on ressent quand on est dans un état de faible tension.

Canalisation : Processus qui consiste à développer des modèles de comportement ancrés, qui peuvent être ou ne pas être adaptatifs.

Capture attentionnelle : Capture involontaire ou inconsciente de l’attention d’un enfant par des stimuli tels que les images en mouvement rapide et les sons des jeux vidéo qui activent des zones du cerveau associées aux structures cérébrales de récompense.

Cerveau Bleu (également appelé Cerveau Apprenant ou Cerveau Social ; voir aussi Cerveau Triunique/néocortex) : Terme utilisé par Self-Reg pour désigner le néocortex, c’est-à-dire le système cérébral qui assure les habiletés supérieures de la pensée et des fonctions telles que le langage, la maîtrise de soi, la pensée, la lecture des pensées, l’engagement social et la communication de signaux émotionnels. Le Cerveau Bleu est très plastique à la naissance.

  • État de Cerveau Bleu : État du cerveau qui se manifeste lorsque suffisamment de ressources physiologiques sont disponibles pour soutenir la fonction du Cerveau Bleu, parce qu’elles ne sont pas monopolisées par le Cerveau Rouge.

Cerveau Rouge : Terme utilisé par Self-Reg pour désigner le système limbique (voir cerveau triunique/cerveau paléomammalien).

  • État de Cerveau Rouge (aussi appelé état limbique) : Lorsque le fonctionnement du Cerveau Bleu est réduit parce que des niveaux élevés de stress provoquent le détournement d’une quantité disproportionnée de ressources physiologiques dans le but de soutenir le fonctionnement du Cerveau Rouge. Dans un état de Cerveau Rouge, l’activation limbique est accrue et les réponses de lutte ou fuite (Cerveau Brun) sont facilement déclenchées.

Cerveau triunique : Modèle développé par le neuroscientifique Paul Maclean pour décrire trois systèmes/structures évolutionnaires dominants dans le cerveau humain : le cerveau reptilien, le cerveau paléomammalien et le néocortex.

  • Cerveau paléomammalien (appelé aussi “Cerveau Rouge”) : Système limbique qui s’est développé pour répondre aux exigences complexes de l’existence sociale (émotions primitives, repérage des ennemis, déclenchement de la réaction de lutte ou fuite, émotions fortes et pulsions, motivation et mémoire émotionnelle).
  • Cerveau reptilien (aussi appelé “Cerveau Brun”) : Système le plus ancien et le plus primitif du modèle de cerveau triunique, développé pour maintenir les créatures isolées en vie et en sécurité lorsqu’elles sont menacées. Il régule les fonctions motrices et métaboliques de base nécessaires à la survie, telles que le rythme cardiaque, la respiration et la température corporelle.
  • Néocortex (aussi appelé “Cerveau Bleu”) : Système cérébral dont l’évolution est la plus récente, qui s’est développé pour favoriser la pensée, la planification, l’écoute, la parole, l’engagement social et la conscience de ce qui se passe en nous et autour de nous.

Cognition incarnée : Théorie selon laquelle le corps et l’expérience corporelle jouent un rôle central dans notre compréhension des idées et des expériences cognitives, émotionnelles et sociales. Selon Self-Reg, il s’agit de la prise de conscience de notre état d’activation physique et de la manière dont il nous affecte dans les cinq domaines de l’autorégulation.

Contrôle de l’attention : Capacité à déplacer volontairement son attention au besoin.

Contrôle volontaire : Terme inventé par la chercheuse en tempérament Mary Rothbart pour décrire les aspects émergents de la maîtrise de soi chez les enfants, notamment la capacité de diriger volontairement notre attention, d’inhiber les impulsions et de suivre les instructions lorsque l’enfant ne souhaite pas vraiment le faire.

Co-Reg : État de tranquillité partagé entre des individus et au sein duquel, du fait de notre compréhension de Self-Reg, nous recadrons le comportement de l’autre, nous identifions et réduisons son stress, et nous l’aidons à passer de modes d’autorégulation mésadaptés à des modes réparateurs.

Corégulation : Se produit lorsqu’un.e pourvoyeur.euse de soins régule l’état physiologique d’une autre personne au moyen de la voix, des expressions faciales, du langage corporel et des gestes, activant ainsi des boucles de rétroaction dynamiques en amont et en aval du nerf vague (Porges, 2018).

Cortex préfrontal (CPF) : Partie du néocortex située à l’avant du cerveau. Le CPF est lié à la pensée d’ordre supérieur, comme la planification, la prise de décision et l’engagement social.

Cortisol : Hormone libérée par la glande surrénale en réponse au stress. Le cortisol régule et influence de nombreux changements qui se produisent dans le corps lorsque le système de réponse au stress est activé, notamment la sécrétion et la consommation de l’hormone adrénocorticotrope (ACTH) et de l’hormone de libération de la corticotrophine (CRH).

Densité synaptique : Nombre et densité des connexions entre les neurones (synapses) dans le cerveau.

Déterminisme génétique : Théorie selon laquelle le développement humain, l’intelligence et le comportement sont dans une certaine mesure prédéterminés par les gènes d’une personne. Le déterminisme génétique est incompatible avec le point de vue scientifique de Self-Reg, selon lequel les gènes et leur expression sont fluides et réceptifs aux influences environnementales.

Diversité du développement : Ensemble de facteurs génétiques, environnementaux, sociaux et culturels qui affectent le développement humain.

Dopamine : Neurotransmetteur qui aide les neurones à envoyer des signaux pour faciliter le contrôle des centres cérébraux de récompense et de plaisir, également associé au mouvement et aux réactions émotionnelles.

Dyade : Système formé de deux parties, par exemple parent-enfant ou pourvoyeur.euse de soins-enfant. Les interactions dyadiques constituent la principale plateforme du développement humain.

Dysrégulation : Se produit lorsque les niveaux de stress sont si élevés que les divers systèmes de pensée et de récupération métabolique sont compromis. Les signes de dysrégulation peuvent se manifester dans notre bien-être physique, notre comportement, notre humeur et notre niveau d’attention.

Élagage synaptique : Processus par lequel les synapses inutiles sont éliminées pendant la période allant de la petite enfance à la puberté.

Endorphines : Neurotransmetteurs connus sous le nom de substances chimiques du bien-être ou de réducteurs naturels de la douleur. La libération d’endorphines est déclenchée par diverses activités et expériences sensorielles, notamment la douleur, l’exercice, certains arômes et le rire.

Énergie : Carburant créé par les processus métaboliques du cerveau et du corps (principalement le métabolisme du glucose) qui nous permet d’accomplir des tâches physiques, mentales et émotionnelles.

Engagement social : Comportements qui réduisent la distance sociale et émotionnelle entre les individus en favorisant et encourageant les interactions sociales positives. L’engagement social est le premier dans la hiérarchie des quatre mécanismes neuraux dont dispose l’être humain pour faire face au stress.

Épigénèse probabiliste : Modèle élaboré par Gilbert Gottlieb pour comprendre le développement et le comportement humains, qui met l’accent sur la réciprocité de l’influence de la génétique, des influences environnementales et des expériences.

Épigénétique : Étude des influences biologiques et environnementales qui peuvent activer ou désactiver les gènes, et/ou modifier la façon dont les gènes sont exprimés.

Épuisement du moi : État où la volonté ou la maîtrise de soi est réduite et où les capacités cognitives sont altérées par la dépense de grandes quantités d’énergie due à un stress excessif.

Équilibre : Dans le cadre de Self-Reg, il s’agit de l’état d’équilibre Cerveau Bleu-Cerveau Rouge, dans lequel le Cerveau Bleu et le Cerveau Rouge fonctionnent harmonieusement ensemble en s’équilibrant mutuellement, de sorte que la dépense énergétique et la récupération sont parfaitement contrebalancées. L’équilibre Cerveau Bleu-Cerveau Rouge favorise une autorégulation optimale dans chacun des cinq domaines (biologique, émotion, cognitif, social, prosocial), la co-régulation sociale ainsi que les fonctions biologiques telles que la digestion, la réparation cellulaire et le système immunitaire.

État d’esprit : Ensemble de convictions qui façonnent nos attitudes, notre comportement et nos attentes vis-à-vis de nous-mêmes et des autres.

  • État d’esprit de développement : Terme inventé par la psychologue Carol Dweck pour décrire la conviction que la plupart des compétences et des attitudes positives ne sont pas fixes, et peuvent au contraire être développées et/ou améliorées tout au long de la vie.
  • État d’esprit de maîtrise de soi : Point de vue selon lequel les enfants ayant des problèmes de comportement ou d’attention doivent apprendre (ou être forcés) à inhiber leurs impulsions.
  • État d’esprit fixe : Terme inventé par la psychologue Carol Dweck pour décrire la conviction que la plupart des attributs positifs, tels que l’intelligence et le talent, sont fixes et que la réussite dépend de ces attributs fixes.
  • État d’esprit Self-Reg : Point de vue selon lequel un grand nombre, (voire la plupart) des problèmes de comportement, d’humeur et d’apprentissage sont dus aux effets d’un excès de stress et peuvent donc être améliorés grâce à l’identification et à l’atténuation des facteurs de stress.

Évaluation : Processus cognitif consistant à examiner une situation et sa signification (voir également Réévaluation).

Éveil symbiotique : S’inspirant de la “théorie de l’individuation du développement” de Margaret Mahler, l’idée d’éveil symbiotique fait référence à la connexion et aux indices mutuels grâce auxquels un parent influence et régule l’état d’activation de son enfant.

Extéroception : Sensibilité aux stimuli provenant de l’extérieur du corps.

Floortime : DIRFloortime® est une approche développée par le Dr Stanley Greenspan, utilisée pour promouvoir le développement d’un enfant par le biais d’un processus ludique et engageant (souvent avec des enfants atteints de TSA). De manière moins formelle, le Floortime (“temps ritualisé de jeu par terre”) désigne un style d’interaction où l’adulte se met réellement par terre, se laisse guider par l’enfant, participe à son flux émotionnel et l’incite à être créatif, curieux et spontané.

Gouverneur acquis : Résultat d’une association (logée dans l’amygdale et l’hippocampe) qui déclenche le freinage limbique.

Heuristique : Règle générale ou raccourci que nous utilisons pour prendre une décision ou résoudre un problème. Les stratégies heuristiques les plus intéressantes sont celles que tous semblent suivre, quel que soit le niveau d’éducation ou milieu culturel. Du point de vue de Self-Reg, l’heuristique contribue à réduire le stress cognitif en diminuant les exigences de la mémoire de travail.

Hiérarchie des réponses au stress : Une “hiérarchie” de quatre mécanismes neuraux pour faire face au stress, définie par le Dr Stephen Porges :
1. Engagement social
2. Lutte ou fuite (activation sympathique)
3. Immobilisation (activation parasympathique)
4. Dissociation

Homéostasie : Aptitude d’un organisme ou d’un système à chercher et à maintenir une condition d’équilibre face à des influences externes. Dans le domaine de la gestion du stress, il s’agit de la capacité du système de gestion du stress à aider le corps et l’esprit à revenir à un état de calme alerte et normal après un événement stressant.

Hyper-activé : État d’activation physiologique très élevé. Avec Self-Reg, hyper-activé fait souvent référence à un état d’activation trop élevé pour la situation, la tâche ou le défi à relever.

Hypo-activé : État d’activation physiologique faible. Avec Self-Reg, l’hypo-activation fait souvent référence à un état d’activation trop faible pour la situation, la tâche ou le défi à relever.

Hypothalamus : Partie du système limbique, l’hypothalamus est le système de commande principal pour de nombreux aspects de notre réponse au stress. Il régule également diverses fonctions physiologiques, notamment la température corporelle, la soif, le sommeil, la libido, l’humeur et la faim.

Inclination négative : Lorsque notre perception est déformée en raison d’un stress excessif, notre système limbique se prépare à détecter des menaces et des dangers partout. Nous avons alors tendance à voir des menaces et des dangers là où il n’y en a pas ainsi qu’à interpréter les gens et nos expériences sous un jour défavorable.

Inondation : État d’activation très élevé et accablant résultant de la réponse intense du système nerveux sympathique à des niveaux très élevés de stress ou de réactivité au stress.

Inondation sympathique : État d’activation très élevé dans lequel un enfant ou un adulte est soumis à un stress excessif au point que l’activité de son système nerveux sympathique sature la capacité du système nerveux parasympathique à rétablir l’équilibre, entraînant généralement un comportement de colère extrême, d’agression ou de fuite.

Intercerveau : Connexion théorique “sans fil” entre le cerveau d’un pourvoyeur de soins et celui d’un bébé, à des fins de régulation de l’activation. Le cerveau d’ordre supérieur régule le cerveau immature qui ne peut pas encore s’autoréguler. Au fur et à mesure que les enfants grandissent, la fonction de l’intercerveau change, mais il demeure une force puissante tout au long de la vie, qui favorise une compréhension, une connexion et une intimité épanouissantes et mutuelles.

Intéroception : Expérience ressentie ou perception des états physiologiques internes et de ce qui se passe dans votre corps.

Lecture de pensée : Capacité d’évaluer et de comprendre les états mentaux et émotionnels d’une autre personne en observant son langage corporel, ses gestes, ses expressions faciales, le ton de sa voix et d’autres indices non verbaux.

Lecture du corps : Aptitude à déchiffrer le niveau d’activation d’une autre personne en observant sa posture, la qualité de ses mouvements corporels, la rapidité de son interaction avec les autres, la qualité de sa voix, son attention, l’expression de son visage et de ses yeux, ainsi que le recours au contact visuel.

Le regard doux : Expression utilisée par Self-Reg pour décrire la façon dont la compassion que nous ressentons naturellement envers les autres (en particulier les enfants) est facilitée et renforcée par le prisme Self-Reg qui nous aide à regarder, au-delà du comportement de l’enfant, les tensions qui sont à l’origine de ce comportement et leur impact sur ses niveaux d’énergie et de tension.

Lien entre le physique et l’émotionnel : Lien entre l’état physique d’une personne et son expérience émotionnelle. La façon dont nous nous sentons physiquement a une influence sur notre vécu des émotions et vice-versa.

Modèle des Cinq Domaines : Modèle conçu par le Prof. Shanker détaillant cinq domaines reliés et interconnectés : biologique, émotion, cognitif, social et prosocial.

Méthode des Cinq Pratiques : Cinq processus (recadrer, reconnaître, réduire, réfléchir, rétablir l’énergie) définis par le Prof. Shanker pour comprendre le stress et gérer la tension.

Micro-environnements : Multiples espaces visant à couvrir un large éventail de besoins relatifs à l’autorégulation. Dans une même pièce, plusieurs micro-environnements peuvent être utilisés pour réduire les facteurs de stress qui ont un impact négatif sur l’apprentissage et le comportement des enfants.

Milieu défavorisé : Milieu dans lequel un enfant se développe, dépourvu des types de stimulation et d’expériences physiques, émotionnelles, cognitives, sociales et culturelles propices à un développement humain optimal.

Néoténie : Immaturité du cerveau humain à la naissance, conséquence fondamentale de l’altricialité secondaire qui met en lumière l’importance de l’intercerveau.

Nerf vague : Nerf complexe intervenant dans tout un éventail de fonctions corporelles (dont le rythme cardiaque, la digestion et la fréquence respiratoire), composante majeure du système nerveux parasympathique et du système d’engagement social.

  • Faible tonus vagal : Lorsque le réflexe parasympathique (récupération après le stress) perd sa résilience et que le SNPS ne peut pas répondre aux demandes du SNS.
  • Tonus vagal : indicateur de la réactivité au stress et de la récupération suite au stress, fondé sur la résilience et l’activité de la branche parasympathique du nerf vague.
  • Tonus vagal élevé : Lorsque le système nerveux sympathique (SNS) et le système nerveux parasympathique (SNPS) sont en équilibre, permettant une bonne récupération après une activation sympathique.

Neuroception : Mécanisme inconscient du cerveau et du système nerveux servant à analyser l’environnement et à traiter les informations sensorielles pour évaluer le niveau de risque ou de sécurité.

Optimal : Qualité de ce qui est idéal ou le mieux approprié dans une situation particulière ou pour un besoin donné.

Pleine conscience : État qui consiste à être pleinement dans les expériences du moment présent et à y prêter toute son attention. Dans le cadre de Self-Reg, la pleine conscience consiste à poser un regard sans jugement sur notre propre esprit aussi bien que sur celui d’autrui, ainsi qu’à ressentir le calme qui résulte de notre expérience de la tranquillité d’autrui en y participant.

Point de félicité : Libération maximale d’opioïdes ; satisfaction euphorique. En sciences de l’alimentation, il s’agit de la combinaison de graisses, de sucre et de sel qui maximalise la libération d’opioïdes et provoque l’état de manque.

Point de friction émotionnelle : Lorsque les actions, la pensée et la prise de décision d’une personne sont influencées de manière excessive par les émotions ou lorsqu’une émotion forte entrave indûment avec le fonctionnement cognitif ou social.

Proprioception : Aptitude à ressentir la position de notre corps dans l’espace et la position des différentes parties du corps les unes par rapport aux autres.

Réactivité accrue au stress : État dans lequel le seuil de réaction au stress est abaissé et où l’individu éprouve des difficultés à revenir au niveau de base après une réponse au stress.

Recadrer : Voir et comprendre les raisons du comportement d’un enfant (ou d’un adulte) d’une manière différente. Le recadrage est la première étape de la méthode Shanker Self-Reg® et permet de réaliser qu’un comportement troublant ou irritant est probablement un comportement de stress plutôt qu’un mauvais comportement.

Réévaluation : Processus cognitif consistant à réexaminer une situation ou une expérience afin de réduire le stress et l’impact émotionnel négatif.

Réflexe de Moro : Réflexe observé chez les bébés jusqu’à l’âge de 6 mois, en réaction à une perte soudaine d’appui provoquant la sensation de tomber, de sursauter ou d’être surstimulés. Les bébés rejettent leur tête en arrière, étendent leurs bras et leurs jambes, pleurent, puis ramènent leurs bras et leurs jambes vers eux.

Régulation à la baisse : Réduire son propre niveau d’activation ou celui d’une autre personne.

Régulation à la hausse : Augmenter son propre niveau d’activation ou celui d’une autre personne.

Régulation de l’activation : Lorsque un.e pourvoyeur.euse de soins aide un enfant à se réguler à la hausse ou à la baisse en modulant le stress. Il s’agit d’une fonction clé de l’intercerveau, car un stress accru peut entraîner une hyper- ou une hypoactivation physiologique, neurale, psychologique et émotionnelle.

Stratégies d’adaptation : Stratégies qui peuvent être utilisées pour gérer efficacement le stress et aider les gens à retrouver un état de calme et d’équilibre.

Stress : Réponse non spécifique du corps à une demande qui lui est imposée ; tension émotionnelle ou physique et pression liée à des demandes ou à des circonstances adverses.

  • Comportement de stress : Comportement réactif ou suscité (par opposition à intentionnel), dont les racines se trouvent dans un stress excessif.
  • Facteur de stress : Tout élément entraînant une réaction des systèmes de stress du cerveau et du corps.

Striatum ventral : Partie du système de récompense du cerveau comprenant le noyau accumbens, le caudé ventromédian, le putamen ventral et le tubercule olfactif.

Style parental autoritaire : Style parental caractérisé par des exigences élevées, un haut degré de réponses punitives et un faible degré de réponses attentionnées.

Style parental encadrant : Style qui équilibre les exigences parentales avec des réponses chaleureuses et attentionnées. Dans le cadre de Self-Reg, il s’agit d’un style parental caractérisé par des réponses calmes, attentives et empathiques au comportement des enfants.

Supertimulants : Substances, telles que des aliments, conçues pour maximiser la libération d’opioïdes afin de stimuler l’activité de la dopamine, entraînant des envies de stimuli et d’expériences qui peuvent conduire à des modes d’autorégulation inadaptés.

Surcharge allostatique : État qui se présente lorsqu’une personne est si stressée que les demandes sur le système homéostatique atteignent un niveau tel que les mécanismes de récupération sont trop sollicités et compromis.

Synaptogenèse : Création de nouvelles connexions entre les neurones du cerveau et le système nerveux.

Système de récompense : Système de structures cérébrales qui sont activées par des stimuli que nous ressentons comme gratifiants (voir dopamine).

Système limbique : systèmes cérébraux jouant un rôle dans l’interaction et l’harmonie sociales, l’empathie, les émotions, les pulsions, la motivation et les comportements réactifs. Le système limbique possède son propre mode de perception (la neuroception) qui opère “sous le seuil de la conscience” en balayant l’environnement à la recherche de sécurité ou de danger. Il joue un rôle clé dans la formation des souvenirs. Les principales structures du système limbique sont l’amygdale, l’hippocampe, l’hypothalamus et le noyau accumbens. Il est relié au système cortical supérieur et aux systèmes inférieurs du mésencéphale et du tronc cérébral.

  • Virer à l’état de Cerveau Rouge : état limbique dans lequel l’amygdale est hyperactivée et le sujet est hypervigilant.

  • Alarme limbique : alarme déclenchée par la neuroception quand elle détecte une menace et entraîne une réaction du mésencéphale mobilisant la lutte ou fuite. 

  • Freins limbiques : métaphore Self-Reg décrivant la façon dont le système limbique d’un enfant très stressé peut ralentir le traitement cognitif ou entraver l’interaction sociale, pour veiller à ce que les réserves d’énergie du cerveau et du corps ne soient pas épuisées.

  • Résonance limbique : phénomène par lequel les systèmes limbiques de deux ou plusieurs personnes partagent des émotions ou des états émotionnels.

  • (Hyper)activation limbique : le système limbique a plus le contrôle des pensées, actions et jugements d’une personne que le cortex préfrontal.

Système nerveux : Réseau de nerfs, d’organes et de cellules qui transmettent des messages du cerveau et de la moelle épinière vers toutes les parties du corps. Le système nerveux humain se compose de trois parties :

  • Autonome : Partie du système nerveux qui régule les principales fonctions involontaires telles que la respiration, le rythme cardiaque et la digestion.
  • Parasympathique : Partie du système nerveux qui contrôle les processus corporels dans des situations ordinaires (activités de repos et de digestion ou d’alimentation et de reproduction) et qui facilite la récupération et le rétablissement après un stress.
  • Sympathique : Partie du système nerveux qui prépare le corps à des situations stressantes ou d’urgence en favorisant une augmentation de l’activation, y compris la réaction de lutte ou fuite.

Système opioïde : Système cérébral contrôlant les comportements de douleur, de récompense et de dépendance. Le système opioïde libère des composés chimiques qui augmentent l’énergie tout en créant un sentiment d’euphorie ou des sensations agréables qui réduisent la douleur physique et émotionnelle.

Théorie de la diathèse de l’affect : Selon cette théorie développée par le Dr. Stanley Greenspan, l’un des principaux déficits de l’autisme est l’incapacité de relier l’affect (émotion) à la planification motrice et à la formation de symboles nécessaires à l’établissement des interactions émotionnelles réciproques essentielles pour l’apprentissage, notamment pour le développement des compétences sociales.

Théorie de l’inadéquation : Théorie développée par Peter Gluckman, qui suggère qu’il existe une inadéquation entre le système de réponse au stress chez les humains, système qui s’est développé à un stade précoce de notre évolution, et notre mode de vie moderne, y compris les facteurs de stress auxquels nous sommes confrontés ainsi que nos niveaux d’activité physique.

Théorie des systèmes dynamiques : Dans le cadre de Self-Reg, théorie selon laquelle l’autorégulation touche les cinq domaines de stress (biologique, émotion, cognitif, social et prosocial), et selon laquelle toutes les composantes de ce système sont interdépendantes et s’influencent mutuellement.

Vertu : Comportement témoignant de normes morales élevées. Dans le cadre de Self-Reg, le développement de la vertu est encouragé et renforcé par l’équilibre Cerveau Bleu-Cerveau Rouge, des relations saines et des messages prosociaux communiqués par le biais de l’intercerveau.

Votre enfant, Self-Reg et vous

Couverture du livre: Votre enfant, self-reg et vous: Comprendre l’autorégulation pour vivre mieux

Votre enfant, Self-Reg et vous : comprendre l’autorégulation pour vivre mieux

Version papier – commander ici

Version numérique –  accès instantané ici

L’autorégulation est la façon dont le système nerveux réagit au stress. Aujourd’hui, toute une génération d’enfants et d’adolescents est soumise à des niveaux de stress excessivement élevés et nous assistons à une explosion de problèmes émotionnels, sociaux, d’apprentissage, de comportement et de santé physique. Self-Reg est un livre pionnier qui présente une toute nouvelle compréhension des émotions et du comportement de votre enfant ; il offre aux parents un guide pratique pour aider leurs enfants à s’engager dans l’apprentissage et la vie avec calme et succès.

X