Mon année de maths

Self-Reg for parents, photo of man and son sitting on the grass together

La version originale de ce blogue a été écrite par Vicki Parnell et publiée en anglais.

« Tu fais QUOI ? POURQUOI ? »

« J’angoisse rien qu’en y pensant. »

Avec des réactions comme ça, on pourrait croire que je parlais de sauter en parachute, lutter contre des requins ou me livrer à de dangereuses expériences médicales sur mon corps. Rien d’aussi effrayant… Je prenais simplement des cours de maths au niveau universitaire.

L’année dernière, j’ai décidé de réaliser un vieux rêve en postulant pour des études supérieures en psychologie mais avant ça, j’ai pris la redoutable décision de recommencer le cours de calcul de première année. Le calcul n’est pas obligatoire pour mon programme, mais j’avais raté ce cours douze ans plus tôt. Reprendre et réussir ce cours allait me permettre d’améliorer ma moyenne générale et me donner de meilleures chances d’entrer dans une école d’études supérieures.

La réaction de mes amis, collègues, conseillers académiques et autres étudiants en psychologie a été presque unanime : « Les MATHS ? Je ne pouvais pas éviter ça ? Pourquoi me soumettre à un cours de maths non obligatoire et très difficile ? »

Mais maintenant, j’ai Self-Reg pour m’aider à recadrer mon échec passé. La dernière fois que j’ai pris des cours de calcul, j’étais très stressée. J’essayais de jongler entre mes cours d’informatique à plein temps et l’éducation de mon petit garçon, qui était très intense et stressé, et avait des difficultés à l’école (voir le blogue précédent : « Faire de mauvais choix »). Aujourd’hui, ma vie est très différente. Mes enfants sont grands et s’épanouissent. Je sais beaucoup mieux gérer mon stress, mon énergie et mes tensions grâce à Self-Reg. Et puis, je me souviens qu’à l’école primaire, j’aimais les maths… Pourquoi ne pas retenter ma chance en calcul ?

C’est ainsi qu’a commencé mon année de maths.

J’ai trouvé un manuel de préparation au calcul et j’ai commencé à réapprendre les bases ; tous mes moments libres étaient consacrés à l’algèbre et à la trigonométrie. En septembre, après un été de révision intensive, je me suis rendue à mon premier cours de calcul, prête et impatiente d’apprendre.

J’ai fait tout ce que j’ai pu pour réduire mon stress lié à ce cours. J’ai regardé le matériel avant les classes et planifié mon emploi du temps pour pouvoir beaucoup étudier et réviser. J’ai rendu de fréquentes visites à mon professeur dans son bureau et utilisé toutes les merveilleuses ressources en ligne qui n’existaient pas quand j’avais suivi ce cours la première fois. J’ai aussi vaincu l’anxiété liée aux examens en la recadrant comme un comportement de stress !

J’ai travaillé plus dur sur ce sujet que je ne l’avais fait depuis très longtemps. Le défi était toujours là, mais je pouvais faire face à mon stress lié à l’apprentissage de cette matière. Ça en valait la peine.

Mon année de maths n’est pas encore finie ; dans un mois, je passerai l’examen final. Mais au lieu de me sentir submergée par l’anxiété, je me sens étonnamment bien. Grâce à Self-Reg, je vois cette expérience autrement et je me vois moi-même autrement. Ce que Stuart dit est absolument vrai : lorsque vous pratiquez Self-Reg, vous pouvez transformer un stress négatif en stress positif. Grâce à cela, j’ai redécouvert cette partie de moi-même qui aimait les maths. J’ai retrouvé le plaisir de travailler avec acharnement sur un problème mathématique difficile, et la récompense du moment où l’on trouve la solution. Ça va me manquer.

X